Poésie : Quelques poèmes dominicaux

1.
Deux maux qui tuent, 
Maladie et mal à dire.
Si pour l’un le corps en souffre jusqu’à en mourir,
Pour l’autre, l’âme en meurt sans un mot pour le décrire !
2.
«Dieu fait» ainsi pense le croyant, 
«Dis et fais» ainsi pense l’athée,
L’un n’empêche pas l’autre dit le sage!
3.
De l’art il préféra l’alcool, 
De l’ivresse lyrique il préféra être ivre de liqueur !
Convaincu de la brièveté de la vie, il préféra la consommation en se consumant !
L’artiste pense être le messager, l’alcoolique crée des instants où c’est lui le divin !
Il aima ce bonheur nocturne où les pensées sont trop fatiguées pour songer au malheur !
Il aima la vie du vide, de l’art, il préféra l’alcool.
4.
La postérité est la vie rêvée d’un artiste ! 
Une vie après la mort, 
Un souffle du passé qui traverse les âges, 
Des mots et des œuvres qui échappent à l’oubli ! 
La mort qui s’incline et qui se désole de n’avoir emporté que le corps, 
La vie qui jubile de son statut d’immortalité 
L’artiste oublie une chose, il ne survit pas,
De ses œuvres, il est le grand absent,
Lui aussi il meurt !
Les mots et les œuvres restent non pas pour l’honorer, mais pour inspirer,
Pour être révisés, pour être revisités et s’éloigner du sens originel !
Les mots d’antan se meurent !
5.
Avant je pensais que les plus belles leçons naissent de la douleur!
Aujourd’hui, je sais qu’elles naissent aussi du bonheur que l’on sait éphémère!
6.
J’aurais aimé que tu m’aimes un peu plus, 
Je me contenterai, que tu me détestes un peu moins !
7.
Il est réconfortant de savoir que nous pouvons encore désapprendre et réapprendre. 
Que nous avons la possibilité d’apprendre et de comprendre pour ne plus méprendre la vie. 

Écrit par Aliane UMUTONIWASE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.