À la Une

Douce absurdité

mais toi quand tu viens à moi. Ne parais pas, je t’en prie. Viens dans ta nature profonde, nous avons tant de choses à vivre et j’ai tout intérêt à apprendre de toi, ce qu’est la vie ! J’ai soif de vivre sans prescription des réseaux et sans désespérance d’une vie belle ! Mon ami ; Plutôt que de me confiner j’aime mieux me confier ! Tiens, mes pensées dans ton noble cœur. Avec toi, je veux tendre au lieu de prétendre ! Avec toi, je veux rendre au lieu de vouloir tout prendre ! Je vais attendre et espérer au lieu d’entendre les bruits qui courent en propageant des rumeurs que cette vie n’est que douleur.

À la Une

Poésie: incompetents du bonheur

Mon ami, nous sommes complets chacun à sa manière, nous sommes des rêveurs de peu ou de grandes choses, nous sommes en vie de peu ou de longue durée. Il nous appartient d’être vivants le temps que durera notre vie ! 
Mon ami nous sommes si grands et si petits, nous sommes si peureux et si braves, nous sommes si joyeux et si tristes et c’est cela la complétude dont je te parle !

À la Une

Poésie: Pourquoi faire

Alice écrit difficilement mais Alice écrit divinement bien ! Ceci est sa réponse: Si je marchais je ne serais plus la même personne, je verrais le monde autre et je penserais autrement Cette vie c'est Dieu qui l'a choisi pour moi peut être pour me montrer qu'il y a d'autres chemins pour se battre et être heureux. Merci Alice Le monde d'Alice n’est pas que songe . Son monde n’est pas malheureux, il est juste peu populaire . À son handicap s’ajoute notre handicap à explorer son monde et à regarder Alice comme elle se voit!

À la Une les hautes Pyrénées

Octobre de vous à moi: questions/réponses 3e partie

Céderai-je un jour à la pression ? Ma réponse est peut-être, sais-t-on jamais ! Mais à ce moment-là, je saurai que les envies de couple ont primé sur les envies de véritable amour ! à ce moment-là, je saurai que j’ai choisi la triste joie de convenir ainsi que quelques plaisirs que jouissent les couples mêmes sans être amoureux.

À la Une

A vous je dis Merci

Laissez-la rêver, Laissez-la s’épanouir, Laissez-la fleurir, Au diable la sécurité et les convenances, Laissez-la découvrir, Au diable les attentes, Laissez-la tenter, Laissez-la tomber si c’est le prix à payer pour apprendre, Au diable les certitudes ! Laissez-la penser avec un point d’interrogation ! Laissez-la vivre, Laissez-la écrire, Au diable les préjugés, Aimez-la pour ce qu’elle est vraiment !

À la Une Temple de sybelle

Voyage: Parc des Buttes-Chaumont

Friande des histoires, j’ai fouillé pour connaître les origines de ce magnifique parc, il semblerait qu’avant d’emprunter le nom des Buttes-Chaumont, c’était le Mont Chauve à cause de ses terres infertiles qui se refusaient à toute végétation. Avant d’être ce parc aux remarquables vertus, ce lieu connut en premier lieu un destin sinistre. En effet, au moyen âge au pied des buttes se jouait le théâtre de l’horreur en effet la justice royale se faisait là-bas, nombreux sont les têtes laissées sans vies jusqu’au 17e siècle. Après ce destin funeste, il s’ensuivra un autre tout aussi sombre, celui de décharge à ciel ouvert. Les ordures aux odeurs d’excréments, les cadavres animaux furent longtemps adressés à ce lieu.

À la Une

Poésie: Lorsque demain ne sera plus nôtre

Lorsque demain ne sera plus nôtre, cela voudra dire que la vie n’a pas renouvelé le bail. 
Qu’il n’y aura plus rien à espérer, plus rien à panser, car plus rien à penser ! 
Lorsque demain ne sera plus nôtre, nous visiterons la chambre de l’oubli, nous habiterons dans les cœurs qui autrefois ignoraient combien ils tenaient à nous ! 
Lorsque demain ne sera plus nôtre, nous laisserons la peine à ceux qui restent. Nous quitterons nos terres pour habiter sous terre !

À la Une Les hautes Pyrénées

Poésie : Quelques poèmes dominicaux

De l’art il préféra l’alcool, De l’ivresse lyrique il préféra être ivre de liqueur ! Convaincu de la brièveté de la vie, il préféra la consommation en se consumant ! L’artiste pense être le messager, l’alcoolique crée des instants où c’est lui le divin ! Il aima ce bonheur nocturne où les pensées sont trop fatiguées pour songer au malheur ! Il aima la vie du vide, de l’art, il préféra l’alcool.