À la Une parlons de la vie

Octobre de vous à moi : Questions/réponses dernière partie

1. Parle nous du processus d’écriture et de la façon dont tu organises tes idées. Cela dépend du contenu que je souhaite rendre. Lorsque j'écris de la poésie, je m'abandonne à une émotion, c'est cette émotion qui me confie la première phrase, puis une série de phrases s'enchaînent jusqu'à donner naissance à un poème. Je me mets au service de ces pensées qui se bousculent dans ma tête et j'écris sans aucune retenue. À la fin je me relis, quelquefois je change un mot par un autre tout en restant fidèle au texte mère.

À la Une Main tendu, Vendee

Octobre de vous à moi: questions/réponses 2e partie

Je suis quelqu’un qui pense constamment que nous sommes de transitoires occupants des lieux. Mortelle que je suis, cette pensée me motive. J’essaie de me donner les moyens afin de donner vie à mes rêves les plus intimes. Je me répète qu’il n’y aura nulle autre personne qui pense comme moi et qui agisse exactement comme moi. (Cela s’applique seulement aux rêves qui me sont intime : l’écriture par exemple) Si échec il y a, je voudrais échouer admirablement. Si succès il y a, je voudrais réussir en conquérante ! je fais confiance au processus.

À la Une

L’été a ses printemps, l’hiver a ses automnes

Mon ami, le printemps a ses étés et l’été a ses printemps ! L’automne a ses jours d’hiver et l’hiver a ses jours d’automne ! La vie n’est jamais tout à fait formelle ni toujours formidable ! Elle nous donne et nous dépouille, mais jamais elle ne nous laisse les mains vides ! Si ce n’est pas une leçon qu’elle nous donne, c’est une recette qu’elle nous laisse ! Si ce n’est pas des larmes, ce sont des armes pour les combattre ! Si ce n’est pas l’amour à vivre, c’est le devoir d’en chercher ! Si ce n’est pas le bonheur qu’elle nous laisse, c’est une douleur qu’elle nous assène ! Pourtant la vie n’est pas fondamentalement affligeante, elle nous éprouve le temps d’un instant et la seconde d’après elle nous prouve que c’était là notre salut !

À la Une

Les mots, source inépuisable

Les mots m’ont toujours été d’une grande aide et d’un grand secours !  Je les ai toujours cherchés au fond de l’âme, dans l’océan de mes larmes, dans l’incertitude de mon existence, dans les joies qu’offre la vie, dans les histoires inachevées, dans les douleurs inavouables, mais aussi dans les douceurs ineffables !  Les mots ont tout et son contraire, ils expriment l’amour et son revers, ils expriment la haine et la haie d’honneur. Les mots expriment la vie tout en évoquant la mort, ils se forment dès berceau et s’évanouissent à la tombe. les dits et les non-dits durent aussi longtemps que la vie.

À la Une

Un jour, nous serons grands.

Un jour, nous serons grands, assez grands pour accueillir nos doutes et nos deuils, assez grands pour vivre avec nos imperfections, assez grands pour nous laisser aimer ainsi.
Un jour, nous serons grands, assez grands pour être heureux avec ou sans, assez grands pour dire que nous avons bien vécus, assez grands pour laisser notre moi d’hier derrière nous et embrasser le moi présent qui devient autre nous demain !

Même la parfaite nature..

Inaudibles sons de la nature !
Incroyable richesse de la solitude !
Insondable destin de l’homme !
La mort, tragique expérience de l’être !
L’amour, l’essence de toutes choses !
Le bonheur, l’idéal de l’existence !
L’échec, l’école dont le maître n’est autre que soi !
L’amitié, l’autre moi !
L’insatisfaction, le propre de l’homme !
L’admiration, l’idéal de l’amour !
La jalousie, la maladie d’amour !
La passion, l’illusion de l’amour !
La possession, déguisement d’un amour malade !

Aux enfants du monde et adultes de demain,

  Votre arrivée n’est qu’immense bonheur car vous répondez à l’appel de la vie mais aussi aux nombreuses prières et désirs! Vous êtes le fruit de l’amour de deux êtres, parfois le fruit d’un hasard de deux passions !Vous suscitez l’envie de protection et parfois de possession !Vous faites la joie de votre famille et parfois …

Lire la suite de Aux enfants du monde et adultes de demain,

À la Une

Poésie : Les gens

Ils s’en vont en espérant ne plus revenir mais ils reviennent ne serait-ce que pour montrer qu’ils ont réussi!
Les gens partent avec un coeur lourd et reviennent avec un, plus confus !
Le gens vont et reviennent, c’est le cycle de la vie !
Sages,sont ceux qui savent partir sans causer trop de dégâts !
Heureux, sont ceux qui reviennent bien assagit!
Ignorants, sont ceux qui partent en ne laissant aucune chance à un possible retour au bercail!
Que les gens soient toxiques ou bienveillants, ils reviennent toujours !