À la Une

Voyage: Images dépourvues d’histoire

Chaque photo me sert de mémoire, chaque souvenir convoque une émotion et chaque émotion me ramène au bonheur éprouvé ! Le souvenir du bonheur est toujours le bonheur. Le vide de Vendée a fait place au plein de vendôme.

À la Une Temple de sybelle

Voyage: Parc des Buttes-Chaumont

Friande des histoires, j’ai fouillé pour connaître les origines de ce magnifique parc, il semblerait qu’avant d’emprunter le nom des Buttes-Chaumont, c’était le Mont Chauve à cause de ses terres infertiles qui se refusaient à toute végétation. Avant d’être ce parc aux remarquables vertus, ce lieu connut en premier lieu un destin sinistre. En effet, au moyen âge au pied des buttes se jouait le théâtre de l’horreur en effet la justice royale se faisait là-bas, nombreux sont les têtes laissées sans vies jusqu’au 17e siècle. Après ce destin funeste, il s’ensuivra un autre tout aussi sombre, celui de décharge à ciel ouvert. Les ordures aux odeurs d’excréments, les cadavres animaux furent longtemps adressés à ce lieu.

À la Une

Voyage: Parc Bagatelle

Parfois, il faut laisser l’image raconter ses secrets. Cette fontaine en a vu des amours qui s’aiment, ceux qui croient s’aimer et ceux qui se mentent au nom de l’amour ! Cette fontaine a accueilli des rêveurs de l’amour, elle en a réveillé certaines, d'autres n'ont pas réussi à sortir de leur sommeil éternel! observez bien les sculptures vous verrez la tendresse dans les yeux de cette œuvre placée dans un jardin digne des amoureux.

À la Une

Le musée national du moyen âge : musée de Cluny

Chaque année, le quatrième dimanche de Carême, le pape offrait une rose d’or à l’un de ses fidèles dont il voulait mettre en valeur la piété, mais aussi pour le récompenser de ses services. Rose sans épines comme celles qui embaumaient le Paradis, elle était le symbole de la Passion du Christ et de sa Résurrection.

À la Une

Voyage: Paris, laissez-vous rêver

Il est 21h48, le soleil devient de plus en plus fatigué et songe à se coucher définitivement, il change de couleur , s’étale sur une grande surface, ses rayons deviennent de moins en moins attrayants et puis il se fait de plus en plus petit pour laisser place au crépuscule ensuite à l’obscurité totale. sous les vitres, je contemple une dernière fois la lumière de la journée

À la Une Paris

Voyage : Paris, ville lumière

Six ans après, Paris m’émeut, je lui reconnais des richesses innombrables, le Paris de Joe Dassin a fait place à Paris de mes amis, Paris historique peuple toujours ma pensée et des deux s’ajoute mon Paris à moi, la ville qui m’a révélé l’indicible joie de la connaitre à ma manière.

À la Une Biarritz

Voyage : ça va ?

Ça va ? vous allez bien ? comment allez-vous ? Le verbe aller nous renvoie sur ce qu’est la vie. Nous allons toujours quelque part, vers d’autres vies, vers d’autres rives, vers notre propre destin, vers notre propre mort. Nos pensées ne cessent de voyager, elles ne cessent de nous suggérer des destinations parfois heureuses et trop souvent funestes. Si nous pouvons vivre sans effectuer certains voyages, nous ne pouvons pas vivre sans ce voyage immobile qu’est la pensée. Les gens heureux passent le temps à réorienter le navire, pour aller le plus souvent vers les horizons plaisants. Le voyage intérieur est de tout instant, j’aime mieux penser qu’il a besoin de décor, d’aventures, d’émerveillement et d’étonnement.

À la Une les hautes Pyrénées Lac de Gaube

voyage: naissance d’une voyageuse dans les Hautes-Pyrénées

Comme l'eau qui jaillit continuellement, je suis le résultat de plusieurs naissances, dans les Hautes-Pyrénées, j’ai aimé la vie telle qu’elle m’est apparue. Audible, mais sans paroles, exaltée, mais paisible ! Puissante, mais sans pouvoir apparent, palpable ! Les mots peinent parfois à capturer le réel, certaines expériences sont faites pour être vécues. Je suis reconnaissante d’avoir grimpé et descendre ces montagnes, ce qui m’a par la suite aidée à escalader mes montagnes invisibles, celles du cœur, celles dont l’épuisement ne se sent pas, mais se ressent.